mardi 13 janvier 2009

L'étude de la biodiversité (Tripoli)

Puis nous devions étudier la biodiversité en Libye en étudiant l'écosystème désert et palmeraie à l'occasion d'une classe désert d'une semaine dans la ville-oasis de Ghadamès, à la frontière des trois pays: Tunisie, Libye et Algérie. Notre sortie a été annulée pour certaines raisons.
Alors nous nous sommes « rabattus » sur le marché aux poissons de Tripoli pour aborder la biodiversité marine. Nous avons préparé des questions à poser aux pêcheurs et nous avons travaillé sur ces questions avec notre professeur d'arabe afin de les poser en arabe classique aux pêcheurs.

Photos de l'entrée du marché aux poissons




Lucile, Inès, Améni, Elyssa, Julia et Ismaïl vont vous raconter notre sortie du 25 novembre 2008.

Nous avons quitté l'école en bus pour nous rendre au marché aux poissons. Nous avons formé des petits groupes avec des élèves arabophones et des non arabophones pour s'aider dans les questions posées et la compréhension des réponses. Nous avons visité le marché en observant bien tous les étals. Nous nous sommes arrêtés à certains étals pour poser les questions qu'on avait préparées. Puis nous sommes passés par la salle où l'on vide et nettoie les poissons. La personne qui nous a pris en charge nous a fait visiter le laboratoire du marché où sont analysés certains poissons pour vérifier leur bon état sanitaire. Nous avons pris soin de bien noter à chaque fois le nom du poisson en arabe, en anglais et de prendre une photo. Nous travaillerons ensuite sur ces photos en cours de SVT.

Exemple d'un étal

Voici ce que les pêcheurs nous ont dit: la pêche des bébés poissons est interdite en hiver mais on a quand même vu des bébés requins de trois semaines. Il y a beaucoup de rougets donc ils s'autorisent à pêcher des petits.(!)Il y a environ 40 sortes de poissons sur le marché. Chaque espèce de poisson a sa saison pendant laquelle il ne peut pas être péché. Ils n'ont pas remarqué de disparition de certaines espèces mais notent que la crevette est moins abondante. Les pêcheurs confirment le fait que de nouvelles espèces de poissons arrivent en Libye, par exemple le barracuda où il abonde entre octobre et novembre. Le Barracuda vient du Golfe. Nous avons vu en classe que c'était à cause du réchauffement de la Méditerranée que le barracuda s'installait en Méditerranée. La température de l'eau, qui s'est réchauffée, lui convient.

Un barracuda

Certains poissons sont envoyés en Tunisie.Nous avons vu : des barracudas, des saint- pierre, des requins, des soles, des lottes, des mérous, des rougets, des espadons, des thon, des daurades, des saupes, des calamars, des seiches, des rascasses, des merlans, des cigales de mer, des crevettes, des congres, des poulpes, des crabes, des palourdes, des sardines, des balistes, etc.

Un saint pierre


Un mérou


Nous avons pour projet de réaliser une exposition sur la biodiversité en Libye et aussi de présenter la Méditerranée , sa biodiversité, son avenir.

Nous allons aussi au printemps faire une sortie dans une palmeraie et dans une zone humide près de la mer pour caractériser l'écosystème cordon dunaire.

Nous avons aussi pour projet de faire une sortie au printemps avec un entomologiste pour une étude des insectes dans leur milieu.

Alors à bientôt

La classe de 6ème et leur professeur, Mme Kervella










Les actions de l'homme dans son environnement à Tripoli

Nous sommes allés visiter un chantier de construction d'une marina, pas très loin de l'école, au mois de novembre.

Ismaïl et Salma C vont vous raconter cette sortie :

Nous avons quitté l'école à pieds pour nous rendre sur le chantier. Le responsable nous a accueillis et nous a fait visiter le chantier de « El Andalous Center ». Tout d'abord il nous a expliqué qu'il a projeté de construire deux hotels Shératon de quatre et cinq étoiles, un centre commercial, des immeubles et une marina. Ils vont aussi aménager une plage et un espace vert. Ils ont prévu de finir la construction de ce projet dans deux ans et demi, voire trois.
Pour l'instant, deux cents ouvriers travaillent à sa construction, mais ce nombre se multipliera lors des temps à venir, pour atteindre mille voire même plus.
Avant le début du chantier, cet espace était un dépôt de matériaux de construction et de déchets divers et variés en bord de mer. Ils ont remblayé tout cela et recouvert les ordures.
Quand la mer sera houleuse, pour protéger le chantier, des digues de protection constituées d'acropodes de béton ont été construites. Les acropodes sont coulés sur place dans des moules avec des matériaux trouvés en Libye.
Ce chantier ne pollue pas beaucoup d'après le responsable car les machines rejettent la même quantité de CO2 que les voitures qui circulent dur l'avenue de Gargaresh à côté. Il nous a aussi présenté les différents engins et outils utilisés sur le chantier.
Nous sommes ensuite rentrés en classe et avons commencé à classer nos notes par groupe de deux.
La semaine suivante, le responsable du chantier est venu en classe pour répondre à nos questions.
Ensuite avec notre professeur de SVT, Mme Kervella, nous nous sommes demandés quelles pouvaient être les conséquences directes de cet aménagement. Nous avons pensé que cela avait dérangé le milieu de vie de nombreux animaux, créant paut-être leur destruction sur le site ou alors les poussant à partir ailleurs. Des arbres, arbustes ou plantes ont aussi été détruits.
Les conséquences indirectes sont, lorsque le site sera achevé, une augmentation du bruit, du rejet de déchets, de la consommation d'énergie , du rejet de CO2 et autres gaz à effet de serre . Il faudra aussi amener sur ce site de grandes quantités d'eau et cela va augmenter le rejet des eaux usées.
On s'est dit, tous ensemble, que l'homme pouvait trouver des moyens de limiter son impact en recyclant les déchets, en utilisant les énergies renouvelables, et retraitant l'eau et en plantant dans l'espace vert, des espèces végétales locales.



Le plan du site


Une vue du chantier avec la ville de Tripoli en arrière plan et la digue d'acropodes au milieu qui constitue une protection contre les vagues.

Les caractéristiques du climat à Tripoli

Nous vivons donc dans un pays où la température moyenne annuelle est de 20 à 22°C, où la pluviométrie est inférieure à 25 cm par an et où il règne une forte évaporation.
Le climat est sec ou désertique sur 90% du territoire.
Les températures sont élevées toute l'année, les pluies sont par endroit inexistantes mais à d'autres endroits (le long du littoral), irrégulières.
Le paysage est méditerranéen en bord de mer, surtout en Cyrrhénaïque .
Au centre du pays, il est désertique avec de grandes étendues de dunes de sable et de pierres. La végétation y est rare.


Photo de la palmeraie de Repta au Sud de Tripoli




Les caractéristiques de l'eau en Libye
Les besoins en eau sont couverts aux 2% par les eaux de surface, le reste soit 98% est dépendant des eaux souterraines non renouvelables. On parle de nappe phréatique fossile.
Dès 1983, les autorités libyennes ont mis en oeuvre un projet en créant la Great Man-Made River (La Grande Rivière Artificielle). Planifié sur une période de 25 ans, ce programme a pour objectif de transférer 6,5 millions de m3 d'eau par jour depuis de gigantesques nappes sahariennes souterraines jusqu'aux régions peuplées du littoral. Cette eau sert pour l'irrigation en vue du développement de l'agriculture, mais aussi pour un usage domestique et industriel.
Nous allons bientôt faire une sortie dans une usine de déssalinisation de l'eau de mer installée sur la côte, à une soixantaine de km de Tripoli vers l'Ouest.

Les caractéristiques de notre site à Tripoli

L'école a été réaménagée pendant les vacances alors les représentants de la faune et de la flore sont peu nombreux : quelques fourmis, des moustiques, des mouches, des abeilles et des oiseaux.
Pour les plantes, nous avons deux pieds de dattiers, un bougainvillier et deux hibiscus.

VTT est placé dans un endroit choisi et on attend que les mesures se stabilisent

Nous avons au début du mois de septembre fait un plan de l'annexe. Voici le plan réalisé par Julia

Présentation de notre environnement à Tripoli

Notre école se situe à Tripoli, entre deux avenues très fréquentées qui s'appellent Gargaresh (en bord de mer et parallèle à la mer) et Gorgi (parallèle à Gargaresh mais côté terre).



Entrée de notre école, site annexe là où se trouve notre classe



De l'autre côté, juste en face, il y a le site principal qui regroupe la maternelle, le primaire et les classes de 5ème et 4ème. Mais bientôt, nous allons déménager sur un autre site qui regroupera le secondaire.

C'est une vue du site principal, avec le drapeau français. Au fond, l'avenue de Gorgi



Durant les mois d'octobre et novembre, nous avons fait une série de mesures avec la console VTT dans un coin de jardin de la cour.

jeudi 8 janvier 2009

Pour tous une flamboyante et bonne année 2009





Une année s'éteint....

Une autre recommence!!!!

Le saut du Guerrier... début

Voici nos explorateurs à l'extrême nord de l'île de Maré.
Cette partie de l'île est totalement dépourvue de lagon. Les falaises tombent à pic dans le Pacifique.

La côte est profondément affouillée par l'océan qui y a creusé de larges fissures!!!

Le saut du Guerrier.....suite

Sur le tombant des falaises, on voit des milliers de petites protubérances. En effet, ces falaises ne sont pas des formations coralliennes, mais elles sont constituées de rhodolites (rhodolithes).


Ces rhodolites (rhodolithes) sont des concrétions d'algues rouges microscopiques, en forme de rosaces. Témoin d'un temps où cette partie du monde était le fond d'une mer peu profonde et beaucoup trop fraîche pour que les coraux s'y trouvent à l'aise!!!!

Le saut du Guerrier.....fin

Cet endroit est aujourd'hui sécurisé, mais la légende raconte qu'au temps des vieux, un guerrier sauta d'un bord à l'autre du ravin pour tromper son poursuivant qui ne se doutait pas de la présence du précipice.


Raconter des légendes donne soif.... Les enfants de Maré ne sont jamais à court de ressources!!!

Visite d'un aquarium naturel

Parfois l'eau de mer s'infiltre à l'intérieur de la côte rocheuse calcaire, formant ici un très bel aquarium dans lequel il n'est pas rare de trouver une tortue ou un poisson perroquet.

Il est de toute façon toujours amusant de nourrir les nombreux poissons qui s'y trouvent!!!

Visite de l'aquarium naturel... suite

L'eau transparente laisse voir les coraux....
qui dans ces trous d'eau de mer, trouvent les conditions idéales pour se développer......



Mais attention.... Pêche interdite!!!

dimanche 4 janvier 2009

BONNE ANNEE 2009

Bonsoir Tous le corps enseignant et administratif ainsi que les élèves du collège AL Massira-Khouribga MAROC, vous souhaitent BONNE ANNEE 2009, PLEINE DE BONHEUR



Le climat à Khouribga atteint 12°C, quand il pleut il atteint 4°C, ou quand il gèle -1°C, maintenant il fait 25°C, il fait beau, le soleil brûle ...

Le lac de Beaulieu l'Hiver

En France métropolitaine, il fait froid en ce début d'année 2009. A Nantes il fait peut-être un peu moins froid en raison de la proximité de l'océan mais la température ne s'élève presque pas au-dessus de 0°C dans la journée.
Le lac de Beaulieu, proche du collège est gelé, mais de nombreux animaux sont observables.

  • video

Plus d'informations :

http://gallerand.blogspot.com/2009/01/4-janvier-2009.html
http://gallerand.blogspot.com/2009/01/1-janvier-2009.html

Voeux

Les élèves du collège Théophane Vénard de Nantes et leurs professeurs vous souhaitent une bonne année 2009.